Si tu veux être heureux...

Publié le 8 Décembre 2015

La publicité pousse à la consommation en créant de nouveau besoins, superficiels et inutiles, qui finiront tôt ou tard à la décharge ou sur le "Bon coin".

Si j'y succombe, je serai contraint d'augmenter mes dépenses ce qui est quasi impossible dans un temps où les salaires sont bloqués et que le pouvoir d'achat stagne. Si je persévère, je serai frustré.

Que dois-je fois faire ?

Le Front national me souffle une réponse : tous mes problèmes viennent des réfugiés, des musulmans, des Arabes... auxquels on attribue des allocations que je n'aurai pas. Il a même une solution : expulser les étrangers...

Que puis-je faire ?

Relire l'évangile de Luc (12, 33-34 ) : " Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne détruit pas. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur ".

Concrètement (Luc 14, 13), "quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins, sinon eux aussi t’inviteront en retour, et cela te sera rendu. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles, et tu seras heureux parce qu’ils n’ont pas de quoi te rendre".

Une recette du bonheur vieille comme l'Evangile de Jésus-Christ et toujours d'actualité. Pourquoi ne pas l'expérimenter à notre tour, pour un moment de bonheur partagé en ce temps qui précède Noël ?

Là où est la haine que je mette l'amour...

J.-P. B., Strasbourg

Rédigé par jonasalsace

Repost 0
Commenter cet article