Le cléricalisme peut-il renaître ?

Publié le 18 Septembre 2020

Dans le diocèse de Strasbourg, qui comprend les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, on compte en moyenne 24 décès de prêtres par an pour une ordination. A hauteur d’homme, le clergé aura quasiment disparu et le cléricalisme, peut-être, aussi. Le séminaire diocésain comprend 6 étudiants pour six années d’études. Les jeunes hommes, les seuls appelés au ministère presbytéral, boudent totalement cette fonction tandis que les femmes s’investissent dans de nouveaux ministères.

Cette situation, nouvelle et inédite en temps de paix, pousse certains clercs à se constituer en force réactionnaire en vue de la reconquête des pouvoirs et des libertés que les laïcs ont acquis depuis le concile Vatican II (1962-1965), en vue de la restauration d’une église catholique hiérarchisée. Simultanément se forment de petites communautés de religieux qui ignorent délibérément le dernier concile œcuménique, organisant pour Lumen gentium un enterrement de première classe. Pour retarder la disparition du clergé, certains évêques leur confient des paroisses et en font des « moines-curés », ce qui n’est pas leur première vocation.

Ainsi l’archevêque de Strasbourg a décidé de confier la paroisse (territoriale et concordataire) Saint-Joseph de Colmar à une de ces nouvelles familles religieuses. Selon Marcel Metzger (1) cette paroisse « est établie dans un quartier de 13 000 habitants. Elle est vivante et elle s’était bien organisée tout au long de son siècle d’existence, avec ses équipes liturgiques et ses mouvements d’apostolat. Elle était entrée avec bonheur, joie et enthousiasme dans la dynamique du Concile Vatican II. Elle avait bien reçu la réforme liturgique et l’avait mise en œuvre ».

Le choix de l’archevêque s’est porté sur les Missionnaires de la Miséricorde Divine, une association publique de fidèles de droit diocésain rattachée au diocèse de Fréjus-Toulon et fondée en 2005. Ses membres se réclament de la spiritualité de sainte Faustine, une religieuse polonaise canonisée par Jean-Paul II et qui a eu des visions du Christ et des âmes du purgatoire. Ils célèbrent la messe dans la forme extraordinaire du rite romain (en latin) et visent à convertir les musulmans.

Les paroissiens de Saint-Joseph (2) furent avertis qu’à partir du 7 juin 2020, l’eucharistie dominicale selon la liturgie du concile (en français) sera remplacée par une messe en latin dite par un Missionnaire. Cependant, ils sont autorisés à célébrer leur office paroissial tôt le matin. L’église devient le siège d’une paroisse personnelle dite de la Croix Glorieuse.

La première messe des tradis eut lieu en présence de l’archevêque en personne qui installa, en même temps, les religieux dans le presbytère. La célébration a commencé par le démontage de l’autel paroissial. D’où une question : Comment des catholiques peuvent-ils refuser de prier autour du même autel que d’autres catholiques ?

Les désaccords entre les tradis et les catholiques colmariens et de l’Alsace en général sont nombreux. Ils portent sur la liturgie, la ministérialité, l’ecclésiologie, le peuple des baptisés, la hiérarchie et la collégialité, la place et les droits des femmes dans l’Eglise, les droits humains, l’option préférentielle pour les pauvres, la liberté religieuse, l’homosexualité, le mariage, les familles, la contraception, le CCFD Terre Solidaire, l’action catholique, le scoutisme, la catéchèse, etc.

De fait, deux conceptions de l’Eglise s’opposent. La place dominante des clercs et l’obéissance imposée aux laïcs qui caractérisent l’Eglise catholique d’avant le concile ont été rejetées depuis cinq décennies par les catholiques du diocèse de Strasbourg.

En Alsace, les ministres du culte (pasteurs et prêtres) sont formés par les deux facultés de théologie de l’université de Strasbourg. Il en est de même des professeurs de religion de l’enseignement secondaire (environ 90) et des laïcs placés en service pastoral, très majoritairement des femmes (environ 270) : coopératrices de la pastorale, animatrices de zones pastorales, animatrices de mouvements d’action catholique, aumônières, professeurs de théologie à l’université… Les cours proposés par les enseignants-chercheurs des facultés de théologie, sur place ou par correspondance, permettent à tous les laïcs qui le souhaitent de recevoir une formation biblique et théologique qui sera particulièrement utile aux membres des équipes d’animation pastorale.  C’est pourquoi, l’Alsace ne manque pas de laïcs capables d’exercer tous les ministères actuels de leur Eglise (célébration, enseignement diaconie). En outre, ils sont salariés par l’Etat français en vertu d’une législation particulière à l’Alsace et à la Moselle. De ce fait, notre diocèse dispose d’un personnel nombreux et qualifié, avantage qu’il partage avec les diocèses voisins d’Allemagne et de Suisse.

Dans le diocèse de Strasbourg, au cours des dernières décennies, la pastorale avait été organisée par les conseils diocésains et les équipes pastorales locales, en accord avec les évêques. Des objectifs avaient été fixés et menés à terme par le tissu communautaire. L’autoritarisme épiscopal et clérical ne fait pas partie de la tradition de l’Eglise qui est en Alsace.

Dans ce contexte, un prêtre formé par des répétiteurs d’une théologie surannée ne peut qu’être mal à l’aise avec des laïcs mieux préparés que lui. D’autant plus que ces mêmes laïcs ont une expérience de parent et de mari ou d’épouse que ne peuvent avoir des prêtres célibataires.  En outre les mouvements tradis et conservateurs commencent à avoir une mauvaise réputation depuis que certains de leurs fondateurs sont accusés de divers abus envers leurs dirigés spirituels.

L’Eglise qui est en Alsace n’a rien à gagner avec l’arrivée de clercs venus en conquérant et semant la zizanie dans les paroisses, comme ces « missionnaires » imposant la « miséricorde divine » par un coup de force. Si les laïcs tolèrent ce comportement, d’autres paroisses seront proposées à ce type de clercs. L’archevêque de Strasbourg vante déjà les mérites des membres du Chemin néocatéchuménal, du Chemin Neuf, de la Communauté de Saint-Martin et de quelques autres groupes…

Un archevêque qui vit et agit en marge d’un diocèse devient rapidement un pasteur sans troupeau. Pendant ce temps des chrétiens sont conscients des responsabilités qui leur incombent en vertu de leur baptême. Ils choisissent de vivre une double fidélité. Fidélité à Jésus ressuscité qui est le Chemin, la Vérité et la Vie et fidélité à l’homme en s’engageant, avec des personnes de religions et de convictions différentes, à rendre le monde plus humain et pus fraternel.

Jean-Paul Blatz

(1) Une approche plus complète de la situation dans la paroisse Saint-Joseph de Colmar figure dans Golias Hebdo, n° 630, 25 juin - 2 juillet 2030, p. 16-17. Intitulé :Alsace : une paroisse livrée à une société de prêtres tradis, l’article est signé par Marcel Metzger, professeur émérite à la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg.  

Rédigé par jonasalsace

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article