Edith Stein et l'ordination des femmes

Publié le 5 Décembre 2010

Lors de sa canonisation en 1998, certains - les avocats du diable - affirmaient qu'Edith Stein (1891-1942) avait été favorable à l'ordination presbytérale des femmes. Qu'en a-t-il été en réalité ? La réponse se trouve dans un de ses ouvrages publié en 1931 : Vocation de l'homme et de la femme selon l'ordre de la grâce et de la nature.

 

Jésus et les femmes

 

Dans une démarche d'exégète et de théologienne, Edith Stein cherche à connaître les relations que Jésus entretenait avec les femmes. Elle écrit :

 

Abordons maintenant la question difficile et controversée du sacerdoce féminin. Si nous considérons le comportement de notre Seigneur sur ce point, nous voyons qu'il a agréé le service de charité librement offert qu'accomplissaient des femmes pour lui et les siens, qu'il y avait des femmes parmi ses disciples et ses plus proches intimes - mais il ne leur a jamais octroyé le sacerdoce, pas même à sa mère, la reine des apôtres, qui surpassait toute l'humanité en perfection et en plénitude de grâce.

 

Dans ce texte Edith Stein constate que Jésus reconnaissait aux femmes un ministère, celui de la diaconie. Elle relève aussi que le ministère sacerdotal - tel qu'il est défini par la théologique catholique traditionnelle - ne leur a pas été octroyé par Jésus. Aux hommes non plus.

 

L'ordination diaconale dans l'Eglise primitive

 

L'Eglise primitive connaît une activité caritative multiforme des femmes au sein des communautés, une grande influence apostolique des femmes qui confessent la foi et des martyres. Elle connaît la virginité consacrée et aussi un service ecclésial ordonné, le diaconat féminin, avec sa propre ordination diaconale, mais elle n'a jamais introduit le sacerdoce de la femme [E.S.]

 

Dans l'Eglise primitive, la diaconie - féminine et masculine - est officiellement instituée et reconnue par une ordination.

 

La régression médiévale

 

Dans le développement ultérieur de l'histoire, les femmes ont été écartées de ces services et il s'est produit un déclin progressif de leur position dans le droit ecclésial, sous l'influence, à ce qu'il semble, de représentations issues de l'Ancien Testament et du droit romain [E.S.]

 

A l'époque médiévale, les femmes furent écartées du diaconat. Pour justifier cette discrimination on rejetait le caractère progressif de la révélation en subsistant à son accomplissement en Christ (et dans les évangiles) des références à des états antérieurs qui ne sont, en fait, que des étapes dans son parachèvement chronologique.

 

Vers une nouvelle ministérialité ordonnée

 

L'époque moderne montre un changement avec un besoin fort d'investir les forces féminines dans le travail caritatif de l'Eglise et l'aide spirituelle. Du côté féminin se déploient des efforts pour redonner à cette activité le caractère d'un service ecclésial ordonné et il se peut bien que ce désir soit un jour entendu. Serait-ce un premier pas sur un chemin qui aboutirait finalement au sacerdoce féminin, c'est toute la question. Au plan du dogme, rien ne me semble interdire que l'Eglise introduise une nouveauté aussi inédite [E.S.]

 

Pour Edith Stein la restauration du diaconat féminin pourrait être une étape vers l'admission des femmes au ministère presbytéral ordonné. Ses intuitions fondamentales, servies par un raisonnement bibliquement argumenté, sont toujours d'actualité.

 

Edith  Stein  est arrivée  à la  conclusion que la ministérialité dans - et en dehors de - l'Eglise revêt le caractère d'un service de la personne et non celui d'une médiation entre le divin et. l'humain, entre le sacré et le profane.

 

Critique de la tradition

 

Est-ce à recommander en pratique ? Il y a bien des arguments pour et contre. Contre, il y a toute la tradition, des origines à nos jours. Et surtout, selon moi, le fait mystérieux que je soulignais déjà plus haut : Christ vint sur terre en fils de l'homme ; la première créature sur terre qui fut façonnée en un sens éminent à l'image de Dieu fut un homme. Cela me paraît indiquer qu'il désirait introniser comme ses représentants ministériels sur terre seulement des hommes [E.S.]

 

Edith Stein met l'accent sur la confusion, particulièrement dans la langue française, entre deux sens donnés au mot homme. L'homme est aussi bien un membre de l'espèce humaine  qu'une personne de sexe masculin. En allemand, on distingue bien le premier (Mensch) du second (Mann, opposé à  Frau). Gott ist Mensch geworden. Homo factus est (homo et non vir, opposé à mulier). Dans l'Evangile, Christ a pris corps en notre humanité.

 

Pareillement Dieu n'a pas créé avec Adam un être humain de sexe masculin, mais le premier représentant de l'espèce humaine afin, précisément, de rendre impossible toute discrimination future en fonction du sexe. Une volonté divine que l'Eglise romaine n'est toujours pas prête à faire sienne.

 

La vocation des baptisé(e)s

 

Mais il y avait une femme qui lui était le plus unie que tous les autres êtres sur la terre qui avait été créée à son image bien davantage qu'aucun autre être humain avant ou après elle. Il lui a donné pour l'éternité une place unique dans l'Eglise ; ainsi a-t-il appelé de tous temps des femmes à lui être unies d'une manière très profonde, comme messagères de son amour, comme porte-parole de sa volonté auprès des rois et des papes, comme préparatrices de l'avènement de son Règne dans le cœur des hommes. Il ne saurait y avoir une plus haute vocation que celle de sponsa Christi, d'épouse du Christ, et quiconque voit ce chemin s'ouvrir n'en désirera aucun autre.

 

Appartenir à Dieu dans un don de soi libre et amoureux, ce n'est pas seulement la vocation  de quelques élus, mais de toute chrétien, consacré ou non, homme ou femme, chacun est appelé à suivre le Christ [E.S.]

 

Edith Stein considère que suivre le Christ est la vocation de tout baptisé et non seulement de quelques personnes consacrées. Elle distingue clairement la vocation - un appel adressé par Dieu à chaque chrétien - et le ministère - un appel adressé par des hommes à d'autres hommes (et femmes) à s'engager dans des fonctions au service des personnes et des communautés ecclésiales.

 

 

 

 

Plusieurs décennies avant Vatican II, Edith Stein esquisse des perspectives pour une réforme de l'Eglise catholique par un retour à la Parole de Dieu comme source de toute réflexion théologique en général et ecclésiologique en particulier. Soixante-dix ans après sa mort, cette réforme en est encore à ses balbutiements.

 

Aujourd'hui, elle parlerait, peut-être, même d'une nouvelle régression. Une évolution qu'il nous appartient de contrecarrer non seulement comme porte-parole auprès des papes, mais aussi comme messagères et messagers de Son amour...

 

J.P.Blatz

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Femmes

Repost 0
Commenter cet article