Judith et sa servante

Publié le 1 Avril 2010

Les racines

 

Au deuxième siècle avant Jésus-Christ, occupations étangères, persécutions et guerres se succédaient en Palestine. L’avenir était sobre. Pour redonner courage au peuple, un auteur biblique compose un « roman » (1) extraordinaire. L’histoire se passe quelques siècles plus tôt au temps de Nabuchodonosor. La ville de Béthulie est assiégée, affamée, vouée à la destruction et la population à la mort ou à l’esclavage. Judith, une riche veuve, aidée par sa servante, va accomplir une action décisive. Elle sort de la ville, passe au camp ennemi et séduit le général en chef, Holopherne. Fou d’elle, il organise une fête en son honneur. Mais il a tellement bu qu’il s’endort sur sa couche. Judith reste seule avec lui.

 

 

Le texte

 

Judith, près du lit, dit en son cœur : « Seigneur Dieu de toute puissance, en cette heure regarde l’action de mes mains pour la grandeur de Jérusalem… » Elle s’avança vers la traverse du lit, près de la tête d’Holopherne. Elle saisit la chevelure de sa tête et elle dit : « Seigneur, Dieu d’Israël, rend-moi forte en ce jour ! » Par deux fois elle frappa sa nuque de toute sa vigueur et lui coupa la tête…

Peu après elle sortit et donna la tête à sa servante qui la mit dans le sac à provision. Elles sortirent toutes les deux ensemble, comme d’habitude, pour aller prier… Elles gravirent la montagne de Béthulie et arrivèrent à ses portes… Judith montra la tête aux gardiens et dit : « Voici la tête d’Holopherne… Le Seigneur l’a frappé d’une main de femme. Vive le Seigneur qui m’a gardée sur la route où j’allais ! Car mon visage l’a séduit pour sa perte. Il n’a pas péché avec moi pour ma honte et mon déshonneur ! » (Judith, 13, 4-16).

 

Aujourd’hui

 

Ecrit à un moment où « l’antiféminisme » sévissait dans certains milieux d’Israël (1), le « Roman » de Judith a pu contribuer non seulement à critiquer la misogynie, mais aussi à mettre en relief le rôle que pouvait jouer une femme pour la libération de son peuple et à réveiller la foi en Dieu libérateur. Qui écrira le Roman de Judith et de sa servante aujourd’hui ? Dans quelles instance l’auteur les ferait-il entrer, non pas pour couper des têtes, mais pour libérer ceux qui sont enfermés dans des certitudes qu’ils croient immuables, comme on croyait immubale l’affirmation que le soleil tourne autour de la terre.

 

 

Traduit et commenté par Albert Hari

 

 

 

 

(1) A cette époque l’utilisation du Roman ou de la Nouvelle était répandue. La Bible en contient plusieurs : Jonas, Suzanne (en Daniel 13) et Esther.

(2) Voir par exemple un texte datant du 2ème siècle avant Jésus-Christ : l’Ecclésiastique (ou Sirac) 25, 13-26.

 

 

 

 

Retrouvez toutes les autres femmes de la Bible dans l’ouvrage d’Albert Hari, Découvrir toutes les femmes de la Bible, Editeur Novalis, Montréal, 2007.

L’ouvrage est disponible en librairie (Oberlin à Strasbourg, Hartmann à Colmar) et chez l’auteur.

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Femmes

Repost 0
Commenter cet article