La femme du "premier pape"

Publié le 1 Avril 2010

Elle fait partie de ces milliers de femmes sans nom de la Bible. Mais elle a bel et bien existé. Deux traditions bibliques se conjuguent, sans s’être concertées, pour mettre en relief le fait que Pierre était marié. Dans un récit paisible, la tradition des évangiles synoptiques présentera la belle-mère de Pierre et dans une diatribe véhémente, la tradition paulinienne fera émerger la femme de Pierre.

 

 

La tradition évangélique : la belle-mère de Pierre

 

Cette tradition trouve ses racines dans la vie concrète de Jésus en l’an 28. Il commence son action en Galilée et s’établit quelques heures à Capharnaüm, la ville de Pierre.

 

Environ quarante ans plus  tard, quand paraît le premier Evangile, celui de Marc, la belle-mère de Pierre apparaît comme la première femme mentionnée dans la tradition évangélique écrite. Dans le récit on passe de la synagogue (sphère religieuse) à la maison  (sphère profane). Dans cette maison, cinq hommes sont debout, dont Jésus. Une femme fiévreuse, la belle-mère de Pierre, est couchée. Jésus la relève. Elle se met au service des visiteurs.

 

Et aussitôt sortant de la synagogue, ils allèrent dans la maison de Simon (Pierre) et d’André, avec Jacques et Jean. La belle-mère de Simon était couchée, fiévreuse, et aussitôt ils parlent d’elle à Jésus. Il s’approcha, la fit se lever, en lui prenant la main. La fièvre la quitta. Et elle les servait (Mc 1, 29-31).

 

Le fait que Pierre ait une belle-mère était dans l’ordre naturel des choses. Cela le restera dans la suite. Marc le rappelle dans les années 70. Dans les vingt années suivantes, Luc 4, 38-39 et Matthieu 8, 14-15 reprendront le texte de Marc en le situant dans leur projet, mais sans remettre en cause la mention de la belle-mère de Pierre. Il était tout à fait normal qu’un apôtre, même le premier d’entre eux, fût marié.

 

 

La tradition paulinienne : une épouse chrétienne

 

 

Paul n’a pas connu Jésus de Nazareth. Il n’a pas été témoin de son attitude ouverte et révolutionnaire vis-à-vis des femmes… Les lettres de Paul ne font mention que de trois événements concernant le « Jésus de l’histoire ».

  1. Sa naissance est exprimée en quelques mots : « Dieu envoya son Fils, né d’une femme, né sujet de la loi » (Ga 4,4)
  2. Sa mort rappelée à plusieurs reprises par la mention de la croix, notamment en Philippiens 2,8 : « Il s’humilia plus encore, obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix ! »
  3. Enfin, le souvenir du dernier repas de Jésus transmis à Paul par la pratique chrétienne (1 Co 11, 23-27).

 

 

Mais Paul a connu Pierre. Dans ses épîtres, il le désigne d’habitude (sept fois) par son nom hébreu « Céphas » (le rocher). Deux fois il l’appelle « Pierre ». Ceci quand il évoque la double mission qui leur est confiée : « Celui qui avait agi en Pierre pour faire de lui un apôtre des Circoncis, avait pareillement agi en  moi en faveur des Nations » (Ga, 2, 7-8). Si Paul reconnaît en Céphas une des colonnes (de l’Eglise ?) (Ga 2,9), il n’hésite pas à le vilipender « devant tout le monde » quand il ne « marche pas droit » (Ga 11, 14).

 

 

 

La diatribe paulinienne : la femme de Céphas

 

Environ quinze ans avant la rédaction de l’évangile de Marc (2), dans sa première lettre aux Corinthiens (3), Paul, piqué au vif par ses détracteurs, défend sa manière de vivre et celle de ses compagnons. Il écrit entre autres :

 

Ma réponse la voici : « N’avons-nous pas le droit de manger et de boire ? N’avons-nous pas le droit d’emmener une femme sœur, comme les autres apôtres et les frères de Seigneur et Céphas ? » (1 Co 9, 4-5)

 

L’expression grecque adelphen gunaïka  signifie « une soeur femme », c’est-à-dire une épouse chrétienne (4).

 

L’énervement de Paul face à ses détracteurs confirme donc la tradition évangélique selon laquelle Pierre était marié. Bien plus, il la complète en parlant de son épouse et en la présentant comme prenant part à ses voyages missionnaires. Merci Paul ! Ce fut aussi le cas pour d’autres apôtres, les frères du Seigneur, pour Aquila et Priscille (Rm 16, 3 ; 1 Co 16, 19 ; 2 Tm 4, 19), et peut-être aussi pour Andronicus et Junie qualifiées d’apôtres en Romains 16, 7.

 

 

Questions

 

 

Cette conjugaison étonnante entre la tradition synoptique et la tradition paulinienne est-elle un hasard ? Est-elle un « sourire » de l’Esprit ? Pourquoi pas les deux ? En tous les cas on ne peut pas les gommer.

 

Une suggestion pour ceux qui aujourd’hui s’évertuent à faire revivre les anciennes traditions…

 

Remettez en honneur le pèlerinage à sainte Pétronille, regardée comme la fille de saint Pierre (5) et vénérée au Moyen Âge à Avolsheim, près du Dompeter. Il paraît qu’elle est très efficace contre la fièvre… Malheureusement, le cardinal Constantin de Rohan a supprimé ce pèlerinage au 18ème siècle et le sarcophage supposé de Pétronille a été détruit pendant la guerre de 1870.

 

Pourquoi ne pas faire revivre cette ancienne tradition ? Pour l’inauguration on inviterait Benoît XVI. Il pourrait ainsi honorer son 265ème prédécesseur, sa belle-mère, son épouse et sa fille Pétronille.

 

 

Albert Hari

 

                                                

(1) Bien entendu Pierre ne se considérait pas comme le premier « pape ». Le mot originaire du grec papas, signifiant « papa » sera d’abord employé à l’égard des évêques (3ème siècle), spécialement (6ème siècle) puis exclusivement (9ème siècle) à l’égard de l’évêque de Rome (cf. Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française). Mais l’insistance des pontifes romains de s’affirmer comme successeur de Pierre et de faire de lui le premier de leur lignée risque de fausser la réalité de la vie du pêcheur de Galilée. D’où les guillemets du titre de cet article.

(2) Cet évangile a probablement été rédigé vers l’année 70.

(3) Cette lettre peut être datée de l’année 54.

(4) Traduction : Bible de Jérusalem « une épouse croyante», lit « une sœur comme femme ». Traduction œcuménique de la Bible : « une femme chrétienne ». Osty : « une femme-sœur ». Crampon (1938) : « une sœur ».

(5) D’après la passion des saints Nérée et Achille. La tombe de Pétronille se trouvait dans la basilique dédiée à ces deux saints (fin du 4ème siècle).

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Femmes

Repost 0
Commenter cet article