La place des femmes dans les sociétés et dans les églises : compte rendu

Publié le 4 Juillet 2012

Au-delà de Vatican II
Vivre les défis du monde d’aujourd’hui
La place des femmes dans les sociétés  et dans les églises

 

50 personnes ont participé à cette soirée, à l'initiative du groupe Jonas de Strasbourg.

Cet échange très participatif a permis d’exprimer, sous forme de « coups de cœur » et de « coups de gueule » (voir ci dessous), les signes d’espérance de plus de justice et de meilleur équilibre progressif dans les sociétés. Beaucoup reste à faire cependant.
Pour ce qui est des églises et de l’église romaine en particulier, les participants ont souligné l’exercice d’un pouvoir exclusivement masculin ainsi que de trop fréquents processus d’exclusion des responsabilités comme des réflexions ou contributions théologiques.
Les participants reconnaissent néanmoins quelques modestes progrès ici ou là, mais dans des registres qui ne permettent jamais aux femmes d’exercer une responsabilité propre, pleine et entière.
 

 

Suite à cette soirée le groupe jonas a décidé plusieurs actions :

  • Envoi d'une lettre à Mgr Grallet, archvêque de Strasbourg  pour lui suggérer quelques signes forts, qui pourraient contribuer à rééquilibrer une situation qui met grandement en cause la dignité de la femme et contredit tant l’Evangile que l’attitude même de l’homme Jésus.  A suivre !
  • Ecriture d'un communiqué de presse
  • La rédaction d'un numéro spécial de la revue Vagues d’Espérance consacré au thème de cette soirée (pour décembre)

 

Les « coups de cœur » et de « coups de gueule »

 

 

Prendre le temps pour se rencontrer est une belle façon d’ouvrir les portes
Il est temps de remettre en cause la pratique et l’existence du pouvoir  dans sa forme actuelle au sein de l’Eglise catholique
Les femmes font vivre l’Eglise ( transmission, pastorale etc…)
Cela ne change rien car bien souvent elles acceptent le moule
 Idée : Ne faudrait-il pas plutôt réfléchir et repenser la place des laïcs et réinventer le service clérical ?
Un jour le Pape chantera «  Que serais-je sans toi ? »
Quel gâchis ! Quel gaspillage de compétences !
Notre espérance ? La créativité des groupes de base
Notre croix…c’est l’INSTITUTION !
Malgré de fortes résistances, Jésus a ouvert la porte à l’égalité entre hommes et femmes il y a 2000 ans. C’était un début, il faut continuer aujourd’hui.
Que la hiérarchie ecclésiastique prenne en compte les souffrances des femmes (physiques et sexuelles)
    Les dénonciations provenant des milieux « tradis » sabotent l’évolution voulue par Vatican II
Un vide pour un souffle nouveau…….L’Esprit pour la coresponsabilité
Le pouvoir dans l’Eglise à tous les niveaux
Mme Najat Vallaud Belkacem : ministre du droit des femmes et porte parole du gouvernement
Les hommes contestataires dans l’Eglise….pas trop de problème ; les femmes qui discutent sont mises sous tutelle !
Engagement des femmes dans l’Eglise et dans la société
    Les responsabilités accordées aux femmes dans les mouvements, les associations, les paroisses ET le travail partagé avec certains prêtres en VRAIE coresponsabilité
Le pouvoir des hommes dans l’Eglise et « l’inertie » des femmes qui acceptent de rester dans le moule !

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Femmes

Repost 0
Commenter cet article