Publié le 15 Février 2014

" Gott parle-t-il dütch?"

  kirk2014

Qu’est-ce que c’est ? Un rassemblement œcuménique transfrontalier

 

Pour qui ? Les jeunes, les enfants, les adultes, tous ceux qui travaillent à l’unité des chrétiens


Les représentants de nos églises des trois régions nous ayant demandé de mettre l'accent sur les jeunes, c'est une équipe de jeunes de nos trois régions qui proposeront les temps forts pour la jeunesse: temps de prières, de musique, concours de groupes musicaux,la  Bible en chants et en gestes, un parcours d'agilité, un " wunder-bar", la construction d'une tour de Babel, un mur d'escalade, du théâtre de rue, un concert,..tout ce qui permet les échanges entre des jeunes qui ne maîtrisent pas la langue de l'autre..

 

 

Quand ? Le samedi 24 mai à partir de 9 h 30

 

Où ? À Lörrach

 

La journée se déroulera au centre de Lörrach sur et autour de la place du marché où se dressera un podium: les organisateurs ont ainsi privilégié la visibilité, l'ouverture au monde. Chacun pourra prier, écouter, partager, chanter; rencontrer sur la place publique.

Il y aura au programme: des temps de prières, des ateliers, des stands, des table-rondes, sur des thèmes comme: la diaconie, l'immigration, le monde du travail, les traductions de la Bible, des ateliers sur la Bible, parler de la foi dans un monde d'incroyants, le langage de la lithurgie,les nouveaux langages pour parler des merveilles de Dieu: images et médias, un parcours des religions....

 

Plus de renseignements sur le site www.kirk2014.org

Pour le sud de l’Alsace, un transport sera organisé pour faire le déplacement à Lörrach. Renseignements auprès de Marie Antoinette Dornier m-a.dornier@orange.fr 03 89 59 19 77

Pour le programme jeunes, renseignements auprès de Marie Pierre Causer aumônerie.lescigales@laposte.net  03 89 60 63 19 ou 06 30 95 90 06

Pour le programme enfants, renseignements auprès de Dominique Fuchs animatricezonemulhouse@laposte.net  03 89 60 63 09

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Informations - communications

Repost0

Publié le 19 Janvier 2014

 

Le 20 octobre 2013 les groupes Jonas d'Alsace se sont rencontrés à Sélestat (Bas-Rhin) pour un moment de partage, de réflexion et de prière. A partir de son expérience pastorale et comme observateur attentif de l'évolution de la société, Jacques Noyer, évêque émérite d'Amiens, a enrichi notre réflexion sur les manières d'être des témoins de la parole que nous avons en héritage dans un monde en profonde mutation.

 

Quelques pistes de réflexion évoquées par Jacques Noyer.

 

L'Eglise est dans le monde. Dans un monde qui change. Pour rester elle-même, l'Eglise doit aussi changer. Pour rester fidèle à sa mission de toujours : annoncer au monde l'espérance. L'espérance d'un horizon de fraternité et d'amour. Et cela oblige chaque chrétien, chaque communauté, chaque diocèse et l'Eglise toute entière à changer.

 

Cette nécessaire évolution implique un abandon de tout ce qui reste dans notre pratique et notre vision d'Eglise du temps de chrétienté. La chrétienté est un  temps de l'Eglise, un moment où l'Eglise s'est retrouvée, surtout en Occident, responsable des sociétés. Elle s'est trouvée en situation d'organisatrice. Elle donnait les règles. D'une certaine façon elle faisait les lois, des lois inspirées d'en-haut. Elle pensait sauver les hommes avec de bonnes lois.

 

L'histoire a déjà donné quelques coups de boutoir à cette prétention. Jusqu'au concile Vatican I, l'Eglise s'est arc-boutée pour défendre ce programme. Vatican II, pour la première fois, a tenté de penser l'Eglise après la chrétienté, lorsque celle-ci n'est plus maîtresse de la société comme elle pouvait le prétendre autrefois. Aujourd'hui le rôle de l'Eglise est toujours aussi urgent, peut-être même plus urgent que dans le passé, pour accompagner ceux qui cherchent, ceux qui tâtonnent, ceux qui se sentent exclus, ceux qui paraissent rejetés par la loi elle-même.

 

Malheureusement nous avons gardé des réflexes de chrétienté. Nous voudrions jouer les maîtres d'école. Faire régner le silence dans les rangs. Alors que le rôle premier de Jésus a été d'aider les hommes à s'épanouir par la Bonne Nouvelle, à savoir que Dieu est un père.

 

L'Eglise offre un horizon. Non seulement par des règles, mais par un rêve. Le rêve de Jésus lui-même, celui d'un monde uni, d'un monde fraternel, où les petits seraient accueillis comme les grands. Où tout serait renversé selon le regard humain, mais où tous se retrouveraient dans une attitude dessinée par les béatitudes.

 

Aujourd'hui, nous sommes en capacité de remettre en route notre Eglise qui semblait s'être figée comme un organe témoin d'une civilisation dépassée. François, évêque de Rome lui-même a parlé. Non pas en donnant des ordres ou en utilisant son prestige de souverain pontife pour faire passer de nouvelles lois - ce qui serait d'ailleurs impensable... Mais comme une personne qui ouvre les yeux sur le monde. Qui, au lieu de défendre une morale, pense aux hommes. Particulièrement à ceux qui ont du mal à sortir d'une vision désespérée de l'existence. Une personne qui offre à notre humanité du XXIème siècle une espérance, un horizon, même si nous ne connaissons pas précisément le chemin par lequel il faut passer. 

 

Commençons par changer votre manière d'être. Nous avions peut-être le défaut, depuis un certain temps, d'attendre quelque chose qui descende du pape, des ordres pour réformer l'Eglise, des décisions qui s'imposeraient. Ces décisions viendront après. Dans un premier temps que chaque chrétien retrouve prioritairement l'amour des frères, la miséricorde dans leur accompagnement, fussent-ils les plus violents, les plus éloignés de nos vies quotidiennes.

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 21 Décembre 2013

 

Contribution aux questions 5 et 7

 

Préambule

Lucien Neuwirth, homme politique français, de droite et catholique, a fait voter en 1969 la loi sur la contraception et a voté en 1974 la loi Weil sur l’IVG.

Erwann Binet, homme politique français, de gauche et catholique, a fait voter en 2013 la loi sur le mariage pour tous.

Comme de nombreux catholiques qui partagent leurs idées et leur engagement, ces deux hommes « sont aussi l’Eglise ». 

 

Question 5. Sur les unions de personnes du même sexe

Une sous-question évoque « le comportement des Eglises particulières et locales envers les personnes impliquées dans ce type d’union ». Nous constatons une chose : les couples homosexuels sont quasi invisibles dans nos églises. Nous ne connaissons pas, personnellement, de communauté paroissiale dans laquelle un couple d’hommes ou de femmes soit accueilli et reconnu comme tel. Heureusement, il existe des groupes tels que David et Jonathan, mais ont-ils la moindre visibilité dans nos assemblées ?  Sur le terrain, le comportement des catholiques semble donc être la négation, le déni, quand il ne s’agit pas de rejet.

« L’attention pastorale aux personnes qui vivent ce type d’union » doit-elle être différente de celle accordée aux époux hétérosexuels ? Nous avons constaté avec une grande tristesse le désarroi de nombreux amis homosexuels au moment des « manifs pour tous » : au nom de quoi les considérer comme des égoïstes ou des personnes superficielles, qui ne chercheraient que leur intérêt propre et voudraient des enfants comme on veut un jouet ? (Sur ce plan, est-on si sûr que le désir d’enfant des hétérosexuels soit par définition pur de tout égoïsme ou narcissisme ?) Nombre de personnes homosexuelles, et sûrement celles et ceux qui se reconnaissent dans une spiritualité chrétienne, prennent très à cœur l’engagement du mariage et pèsent longuement leur choix d’avoir des enfants. On peut éventuellement discuter ces choix, mais si – et seulement si – on admet d’abord qu’ils sont faits en conscience et dans un réel souci de vivre l’amour humain et l’amour de Dieu.

En conséquence la question sur « le comportement pastoral à tenir en vue de la transmission de la foi aux enfants de personnes de même sexe » ne devrait même pas se poser. Il y a dans la vie de ces enfants suffisamment d’amour et de tendresse pour refléter le visage de Dieu.

 

Question 7. Sur l’ouverture des époux à la vie

On peut s’étonner tout d’abord de la formule « la doctrine d’Humanae vitae sur la paternité responsable ». La maternité n’a-t-elle pas à être responsable ?

« Cette doctrine morale est-elle acceptée ? » Evidemment non, dans un monde où la responsabilité individuelle et collective est une valeur forte, mais aussi où fonder une famille est un choix exigeant, compte tenu des difficultés économiques et sociales. Là encore, légiférer sur ce qu’un couple a de plus intime, ses relations sexuelles et ses choix familiaux, est un total manque de confiance envers les baptisé-e-s. En outre le fait que cette doctrine soit édictée par des hommes célibataires ne plaide pas vraiment en sa faveur…

Que l’Eglise soit attentive au respect de la vie est une chose, mais il est bien difficile de comprendre qu’elle donne des directives précises sur la vie intime des gens. Les chrétiens sont – et seront de plus en plus – instruits, formés, capables de discernement et veulent donc être considérés comme tels. Jésus a fait confiance à ses disciples. Evangéliser, c’est sans doute cela : proposer aux gens le message de Jésus, mais leur laisser leur liberté de conscience et d’action, soutenue bien sûr par une communauté fraternelle (mais non uniforme) de croyants.

Je m’étonne enfin de la dernière sous-question « Comment favoriser la croissance des naissances ? ». Soyons réalistes : l’avenir de l’humanité sur la planète Terre ne peut se concevoir avec une croissance toujours plus importante du nombre de naissances, sauf à admettre ou vouloir que la majorité des humains survivent dans la misère. L’Eglise ne peut ignorer à ce point les données des sciences et doit admettre que la formule « croissez et multipliez-vous » a été écrite à un moment particulier de l’histoire du peuple juif et de l’humanité.

 

MAJ et FJ

 

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 18 Décembre 2013

La foi de l’Eglise


Qui enseigne

L’Eglise catholique n’est pas la seule à dire la foi et la pratique à propos du mariage. Il est scandaleux de qualifier les Eglises orthodoxes en particulier d’une moindre fidélité à l’enseignement du Christ à cause de leur pratique de la « miséricorde ».

 

La réception

Au moment où l’Eglise s’interroge sur la réception de la doctrine, on ne peut oublier les textes des épiscopats commentant l’encyclique Humanae vitae comme partie prenante de l’énoncé et la réception de la foi.

Si l’encyclique parle admirablement de la responsabilité parentale, l’épiscopat français, en particulier, rétablit le primat de la conscience dans le choix des moyens pour mettre en œuvre cette responsabilité, apportant un infléchissement important à certains passages d’Humanae vitae. Cela fait aussi partie de la doctrine et de sa réception.

 

Foi et morale face à l’histoire

Les jeunes chrétiens vivent dans leur immense majorité (plus de 90%)  une vie conjugale avant le mariage. Ils ne pensent pas que c’est là pécher. Que va dire la doctrine quand elle veut prendre en compte l’histoire ? Nous sommes une religion structurellement liée à l’histoire et à son évolution, qui modifient les liens de solidarité et la compréhension de la sexualité.

 

Reconnaissance de nullité

Bien des chrétiens renoncent à demander la « reconnaissance de nullité » de leur mariage qui est devenu un échec. Parce que l’échec n’enlève rien à ce qui a été vécu en vérité et qui fut aussi un épanouissement pour les conjoints et leurs enfants. L’approche juridique de la reconnaissance de nullité  est perçue comme une dévalorisation des personnes et une négation d’une part de sa vie.

 

Echec, faute et évolution

Il faut redire inlassablement la place du pardon dans toute vie de couple pour que celle-ci puisse continuer. Mais il faut prendre en compte les échecs. La miséricorde est toujours la bienvenue. Elle ne suffit pas.

 

L’évolution d’une personne

Le pape François invite à être attentif à la question comment l’homme se comprend aujourd’hui.

Il se perçoit comme une construction, une œuvre à accomplir c’est-à-dire faisant des choix non au gré du vent mais de la foi et de l’expérience de la vie. Ces choix tiennent compte  de l’histoire vécue et des promesses faites, certes, mais des possibilités et des impossibilités pour telle personne de vivre telle ou telle situation. Ce n’est pas un individualisme forcené mais la prise en compte de nos limites dans un monde où les moyens d’autonomie de la personne sont donnés.

Les sciences humaines nous rendent attentifs à des situations conflictuelles insurmontables, qui peuvent apparaître quelle que soit la bonne volonté des personnes et cela ne veut pas dire qu’il y ait eu immaturité antérieure.

Quel que soit le discernement fait, même avec l’invocation de l’Esprit, nos choix sont faits avec la liberté du regard que l’on s’autorise, c’est-à-dire dont on est capable à ce moment-là. La vie commune peut révéler en cours de route, des impossibilités liées à des composantes personnelles et à l’évolution saine  des personnes.

L’homme d’aujourd’hui ne renonce pas à s’engager pour la vie, par amour et de toutes ses forces. Mais il le fait en sachant qu’il n’est pas maître absolu de tout son être. L’évolution d’une personne peut lui faire mesurer combien des « sacrifices » acceptés sont en fait mortifères pour elle-même et pour son entourage.

 

Le manque de foi = un argument bien difficile

Assurément, bien des mariages sont célébrés par des personnes de « peu de foi », ou de foi en Dieu, sans que le Christ ait une place vivifiante, sans que le mystère de la mort et de la résurrection soit reçu. 

Dira-t-on que personne militante, généreuse et à la foi un peu fruste manque de foi suffisante pour le mariage ? Quelle exigence peut-on formuler ? Comment la mesurer ? Pour la réception d’un enfant au baptême, l’exigence de foi est « réduite » à la foi en un Dieu.

Faut-il prévoir une préparation sur une ou deux années comme pour le catéchuménat des adultes ?

 

Le nombre

On ne dira jamais assez que le groupe des divorcés ayant construit une nouvelle histoire d’amour, dans les larmes et la conversion, n’est pas une réalité marginale au sein du peuple de Dieu.

 

L’exigence de réconciliation

La réconciliation, pacification, avec le premier conjoint est souhaitable. Elle est souvent plus facile avec la famille de ce partenaire. Peut-être faut-il travailler à la réconciliation d’un(e)  divorcé(e) avec lui-même, à la pacification des relations avec les enfants.

A ce prix l’accueil à la communion de ces personnes, quand elles vivent une nouvelle alliance, n’est pas un contre-témoignage.

 

Vincent

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 13 Décembre 2013

Groupe JONAS Colmar

Compte rendu de la réunion du 3 décembre 2013

 

Ordre du jour unique : étude du questionnaire préparatoire du synode sur la famille.

 

Les membres du groupe, réunis chez Anne-Marie, ont pris connaissance du questionnaire. En préliminaire du questionnaire, il est précisé que ses questions et les réponses susceptibles d’être apportées,  « permettent aux Eglises de participer activement à la préparation du Synode Extraordinaire qui a pour but d’annoncer l’Evangile dans les défis pastoraux d’aujourd’hui concernant la famille ».

 

Le paragraphe 4 « Sur la pastorale pour affronter certaines situations matrimoniales difficiles » a été retenu pour base de la réflexion et des échanges.

 Les questions ont été abordées dans l’ordre du questionnaire ;

 

a) Le concubinage ad experimentum est-il une réalité pastorale importante dans votre Église particulière? À quel pourcentage pourrait-on l’estimer numériquement?

b) Existe-t-il des unions libres, sans reconnaissance aucune, ni religieuse ni civile? Y-a-t-il des données statistiques sûres?

 

Elles concernent le concubinage « ad experimentum » et les unions libres. On constate qu’aujourd’hui le concubinage est une réalité incontestée. Elle est importante et dooit être considérée comme réalité pastorale. Chez les évangélistes, on ne vit pas ensemble sans être mariés. On constate aujourd’hui moins de mariages civils. On rencontre aussi, de plus en plus de divorcés non remariés. Beaucoup de couples se forment, mais ne s’engagent pas « officiellement », ni civilement, ni religieusement. On ne s’engage plus pour la vie comme « autrefois ». Cependant la venue d’un enfant fait souvent réfléchir et remet parfois les choses différemment.

On se pose la question : comment atteindre les personnes qui sont dans ces situations ?

Différentes réponses ou solutions peuvent exister, mais peut-on généraliser ?

Dans un premier temps déjà, il faut accueillir ces personnes « comme elles sont ».

 

c) Les séparés et les divorcés remariés sont-ils une réalité pastorale importante dans votre Église particulière? À quel pourcentage pourrait-on l’estimer numériquement ? Comment affronter cette réalité au moyen de programmes pastoraux adaptés?

 

Effectivement les séparés et les divorcés remariés sont une réalité importante dans l’Eglise catholique. On peut difficilement chiffrer une quelconque estimation de leur nombre. Pour le moment, les curés, dans les paroisses doivent régler, au cas par cas, ces situations. On ne peut que regretter le flou de cette situation. Chez les Protestants, de nombreux couples demandent une bénédiction à leur pasteur. Chez les Catholiques, cela peut se faire aussi : on peut demander une célébration de prières, une bénédiction. Peu de personnes ont connaissance de cette possibilité. Mais ont-ils été suffisamment informés ? Il y a là une pastorale adaptée à développer.

 

 

d) Dans tous ces cas, comment les baptisés vivent-ils leur situation irrégulière ? Ils en sont conscients ? Manifestent-ils simplement de l’indifférence ? Se sentent-ils écartés et vivent-ils avec souffrance l’impossibilité de recevoir les sacrements ?

 

Les personnes divorcées et remariées, lorsqu’elles s’adressent à l’Eglise, ont le sentiment de n’être pas prises au sérieux et que, pour le moment, rien n’est vraiment institutionnellement prévu. Effectivement, actuellement elles se sentent écartées et vivent avec souffrance cette impossibilité de recevoir les sacrements. A la souffrance de la rupture du couple  s’ajoute celle de ne pas être pleinement accepté dans la communauté ecclésiale.

Une question a été posée : les enfants des parents divorcés ne verront pas leurs parents communier…

On pense aussi que les personnes « écartées » des sacrements, qui continuent à communier, le font en pleine conscience, estimant que ce problème est à régler avec leur conscience.

 

e) Quelles sont les demandes que les personnes divorcées et remariées adressent à l’Église à propos des sacrements de l’Eucharistie et de la réconciliation? Parmi les personnes qui se trouvent dans ces situations, combien demandent ces sacrements?

 

Quant aux demandes que les personnes divorcées et remariées pourraient adresser à l’Eglise, elles consistent essentiellement, d’abord de ne pas être considérées « exclues » des différentes communautés (pour la messe, par exemple, il y a deux groupes, ceux qui vont communier, et ceux qui restent dans leur banc. Ces derniers se distinguent visiblement des premiers.

Quel remède pouvons-nous apporter ? Pour le moment, l’institution est muette. L’Eglise catholique est fermée. Ce qui conduit certains chrétiens à se diriger vers les églises évangéliques ou vers les protestants. C’est un fait connu, les pasteurs sont plus libres par rapport au mariage.

 

f) La simplification de la pratique canonique pour la reconnaissance de la déclaration de nullité du lien matrimonial pourrait-elle offrir une réelle contribution positive à la solution des problèmes des personnes concernées? Si oui, sous quelles formes?

 

La question porte sur la possibilité de « simplifier » la pratique canonique de la reconnaissance de la déclaration de nullité du mariage. Serait-ce une solution ? La nullité est un acte juridique qui porte sur le manque de volonté, de liberté ou sur l’immaturité des personnes, mais en aucun cas sur leur vie.

Le rôle de la conscience n’est pas suffisamment pris en compte.

 

g) Existe-t-il une pastorale spécifique pour traiter ces cas? Comment cette activité pastorale se déroule-t-elle? Existent-ils des programmes à ce propos au niveau diocésain et national ? Comment la miséricorde de Dieu est-elle annoncée aux personnes séparées et aux divorcés remariés ; comment le soutien de l’Église dans leur cheminement de foi est-il mis en acte ?

 

La question porte sur l’existence d’une pastorale spécifique pour traiter ces cas.

La pastorale qui existe en ce moment dans beaucoup de paroisses est surtout fondée sur des initiatives personnelles des personnes avec le prêtre ou le pasteur. Certaines actions pourraient servir de modèles de référence pour définir une pastorale spécifique.

 

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0