Publié le 16 Février 2011

Tel était le tire du « Stammtisch » du centre Porte Haute à Mulhouse, animé par J.Claude Esslin, philosophe. On peut, en effet, se poser la question aujourd'hui alors que de nombreux débats se développent dans l'Église.


Certains diront qu'il ne faut pas critiquer l'Église, elle est déjà assez mise cause en ce moment sur des questions douloureuses.. D'autres diront, ce n'est pas à moi de discuter, je ne suis pas compétent , d'autres iront même jusqu'à dire que c'est un péché. Alors, comment avoir une parole constructive et ouverte à tous, car nous sommes aussi l'Église ?


Par notre baptême, Dieu nous a confié, en son fils Jésus Christ, une nouvelle de joie, de paix et de salut pour tous les hommes et toutes les femmes de tous pays, de toutes cultures, de tous temps. Or cette nouvelle, qui passe, bien entendu, d'abord par nos attitudes, nos comportements, est transmise par la Parole et nous constatons que souvent cette Parole devient inaudible pour nos contemporains.


Alors, nous qui aimons l'Église, sinon nous l'aurions quitté depuis quelques années déjà, nous avons non seulement le droit mais encore le devoir de prendre la parole . Que pourrait dire et faire l'Église pour qu'elle devienne plus mûre et plus adulte ? Où et quand pouvonsnous débattre et peser sur une décision concernant l'organisation et même le gouvernement de notre Église ?


Pour que l'Église ne soit pas «de son temps » mais «pour ce temps », nous disons que prêtres et laïcs, fidèles du Christ, hommes et femmes, nous avons la capacité à prendre la parole. Pour que la Bonne Nouvelle puisse être annoncée au plus grand nombre, nous disons que l'Église à besoin de paroles, de débats afin que la vie y circule.


Nous voyons autour de nous trop de gens qui, rongés par la peur et la dépression, ne trouvant pas un espace de paroles, soit quittent l'Église sur la pointe des pieds, soit se tournent vers une « restauration» politique, sociale ou religieuse. Combien de laïcs engagés, usés, lassés, désabusés et même écoeurés, partent parce qu'on ne leur a pas donné la liberté de parole, ni une vraie responsabilité pour leur permettre de remplir pleinement leur mission.


Le moment est venu de prendre nos responsabilités de baptisés, non pour nous opposer à l'institution ecclésiale mais pour, avec elle, tracer de nouveaux chemins d'évangélisation et préparer notre avenir de chrétiens. Cet avenir passera sans doute par une prise de conscience du rôle de chacun, mais tout son rôle, qu'il soit homme ou femme, ce serait une avancée de l'humanité.


C'est pourquoi, en Église, levons-nous, parlons-nous et avançons pour que la vie et la joie promises par Jésus Christ circulent parmi ses membres et que, tous ensemble, nous soyons les témoins de l'Espérance.


La conférence catholique des baptisés de France et les réseaux du Parvis qui regroupent de nombreuses associations de croyants , nous aident à prendre la parole et la faire circuler.

Marie Antoinette DORNIER

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 8 Janvier 2011

                     Les attentats anti-chrétiens

 

L'Observatoire Chrétien de la Laïcité se sent certes particulièrement ému par les attentats qui visent des chrétiens dans divers pays, comme récemment en Irak ou en Égypte, ou dans d 'autres régions du monde. Il s'émeut tout autant de toutes les victimes de l'intolérance et du fanatisme quelles que soient leurs convictions et leurs croyances ou religions.  Toutes les victimes de ces sectarismes sont nos soeurs et nos frères en humanité.

 

L'Observatoire Chrétien de la laïcité souligne que la diversité des convictions et des croyances est une richesse  pour l'humanité et doit être protégée. Mais il faut éradiquer les idéologies intolérantes et qui veulent imposer par la violence leur conception de la vie. C'est pourquoi la laïcité est dans ce  monde divers la solution pour sauvegarder la possibilité de vivre ensemble,  dans l'égalité des droits.  Reposant sur l'universalité des droits humains et le rejet du sectarisme seule la laïcité des Etats permet un avenir apaisé aux femmes et aux hommes qui se  respectent les uns les autres.

 

C'est pourquoi l'Observatoire Chrétien de la laïcité dénonce les organisations  racistes et xénophobes qui dans toute l'Europe- et récemment en France au cours des assises dites « contre l'islamisation »- prétendent agir au nom de la laïcité  alors qu'en réalité elles lancent  un appel à la lutte contre les musulmans. L'O.C.L. condamne la position des prétendus laïques  qui s'égarent  dans ces eaux troubles  en  confondant de façon stupide  la  religion musulmane  et le sectarisme des intégristes de l'islamisme.  L'O.C.L. met en garde contre l'utilisation idéologique, pour susciter en Europe des haines islamophobes, des vexations, des exclusions, voire des  attentats qui visent , entre autres, des chrétiens , des juifs, des agnostiques et des athées en certains pays  où vivent une  majorité de musulmans.

 

                                               Observatoire Chrétien de la Laïcité
                                               Temps Présent
                                                68 rue de Babylone
                                               75007 PARIS

Le 6 janvier 2011

 



"L'Observatoire Chrétien de la laïcité a rédigé ce communiqué . L'OCL refuse de faire  des persécutions  que subissent les  chrétiens non seulement en Irak ou en Egypte mais dans  de nombreux pays (Cf par exemple l'Algérie, le Pakistan...etc)  seulement une affaire  de solidarité entre chrétiens. C'est pourquoi il tient à étendre sa solidarité à l'ensemble des victimes  des terrorismes d'Etat ou des groupes intégristes violents et à montrer en quoi la laïcité est la  solution pour le vivre ensemble quels que soient les cultures et les pays. En ce sens elle est à la fois une valeur sociale et une proposition juridique de portée universelle .
Jean RIEDINGER secrétaire de l'Observatoire Chrétien de la Laïcité"

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 12 Décembre 2010

Vient de paraître : Célébrations dominicales de la Parole

    Recueil de l'assemblée
 

 

par Marcel Metzger
avec la collaboration de François Wernert


Vous êtes rassemblés dans votre église le dimanche, l'heure de la messe a sonné, mais le prêtre n'arrive pas. On attend quelques minutes, et on finit par apprendre qu'il est bloqué par une panne de voiture, ou pire.

Votre paroisse restructurée recouvre un vaste territoire comprenant plusieurs agglomérations ou quartiers, avec autant d'églises. Chaque dimanche l'eucharistie n'est célébrée que dans une ou deux églises disponibles. Vous le regrettez et vous souhaitez au moins un moment de prière dans votre église, qui autrement resterait inutilisée de longs mois.

L'équipe pastorale locale a déjà décidé d'organiser des célébrations de la Parole de Dieu dans les autres églises privées d'eucharistie.

Vous êtes alors dans une situation prévue par le concile Vatican Il qui encourage la célébration de la Parole de Dieu.. .les dimanches et jours de fête, surtout dans les localités privées de prêtres (Constitution sur la liturgie, 4 décembre 1963).

Mais vous ne savez comment faire.
Vous craignez que votre petite communauté n'ait pas les ressources pour répondre à cet appel. Ce livret répond à une telle attente.
[Extrait de la présentation]


Je tiens à remercier vivement Monsieur le Doyen Marcel Metzger pour son beau travail et je prolonge ma gratitude par une suggestion à l'adresse des lecteurs de ce livre : pourquoi ne pas utiliser certains matériaux de ce livre pour des assemblées de prière qui seraient organisées aussi en semaine ? Ainsi apparaîtrait clairement que la célébration de la Parole de Dieu n'est pas seulement un succédané de l'Eucharistie lorsque celle-ci ne peut être célébrée, mais encore une dimension essentielle et quotidienne de la foi chrétienne.
Jean-Pierre Grallet Archevêque de Strasbourg
[Extrait de la préface]

 

Edition du Signe - Strasbourg - 2010 11,80 Euros

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Livres

Repost0

Publié le 12 Décembre 2010

Les racines

 

Au premier siècle, les Juifs attendaient un libérateur, un Messie (en grec : un Christ), quelqu’un qui a reçu l’onction royale de la part de Dieu, comme David. Pendant sa vie publique (entre l’an 28 et 30), Jésus sera parfois acclamé comme « Fils de David ». Dans les années 80, l’évangile de Matthieu s’adresse surtout à des chrétiens venus du judaïsme. Il s’agit de leur montrer que Jésus est bien enraciné dans leur peuple. C’est pourquoi cet évangile commence par la généalogie juive de Jésus (Mt 1,1). Il s’agit d’une généalogie masculine. Elle mentionne 41 noms d’hommes. Mais, contrairement aux habitudes, elle ajoute cinq femmes. Qui sont-elles ? Tamar est une Cananéenne, la belle fille de Juda (un des patriarches), puis la mère de ses fils (1). Rahab est une prostituée de Jéricho, modèle de la foi (2). Ruth est une étrangère qui épousa Booz et devint la grand-mère de David (3). La femme d’Urie (dont le nom n’est pas donné) est Bethsabée, prise par David à Urie et mère de Salomon (4) ; et Marie (5) l’épouse de Joseph « de laquelle naquit Jésus ». Au départ toutes ces femmes se trouvent dans une situation « hors normes » en Israël : étrangères, prostituées, adultères, suspectées de relations illicites. Toutes sont réhabilitées. Cette réhabilitation est une invitation au lecteur à changer de regard. Grâce à la présence de Tamar, de Rahab et de Ruth, cette généalogie judéo-juive s’ouvre largement aux nations.

 

Le texte


Généalogie de Jésus Christ (Messie), fils de David, fils d’Abraham… (v. 1) (seuls les versets concernant les femmes sont maintenant cités)

Juda engendra Pharès et Zara de Tamar (v.2)…

Salmon engendra Boos, de Rahab Booz engendra Jobed de Ruth (v. 5)

David engendra Salomon de la femme d’Urie (v. 6)

Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie de laquelle naquit Jésus que l’on appelle Christ (v. 16)

(Matthieu 1, 1-16).

 

Aujourd’hui


Ce texte proposé par la liturgie de Noël (6) peut être une invitation à nous demander ce que signifie pour nous aujourd’hui cette ouverture aux Nations voulue par Matthieu et à renouveler notre regard sur toutes celles, et ceux, qui semblent hors normes et sont méprisés.

 

 

Traduit et commenté par Albert Hari

(1) L’histoires de Tamar, absente des lectures liturgiques, figure en Genèse 38.

(2) Voir Josué 2, 1-24.

(3) Voir le livre de Ruth

(4) Voir 2 Samuel 11-12.

(5) Voir Matthieu 1, 19.

(6) Messe du 24 décembre au soir.

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Femmes

Repost0

Publié le 5 Décembre 2010

Lors de sa canonisation en 1998, certains - les avocats du diable - affirmaient qu'Edith Stein (1891-1942) avait été favorable à l'ordination presbytérale des femmes. Qu'en a-t-il été en réalité ? La réponse se trouve dans un de ses ouvrages publié en 1931 : Vocation de l'homme et de la femme selon l'ordre de la grâce et de la nature.

 

Jésus et les femmes

 

Dans une démarche d'exégète et de théologienne, Edith Stein cherche à connaître les relations que Jésus entretenait avec les femmes. Elle écrit :

 

Abordons maintenant la question difficile et controversée du sacerdoce féminin. Si nous considérons le comportement de notre Seigneur sur ce point, nous voyons qu'il a agréé le service de charité librement offert qu'accomplissaient des femmes pour lui et les siens, qu'il y avait des femmes parmi ses disciples et ses plus proches intimes - mais il ne leur a jamais octroyé le sacerdoce, pas même à sa mère, la reine des apôtres, qui surpassait toute l'humanité en perfection et en plénitude de grâce.

 

Dans ce texte Edith Stein constate que Jésus reconnaissait aux femmes un ministère, celui de la diaconie. Elle relève aussi que le ministère sacerdotal - tel qu'il est défini par la théologique catholique traditionnelle - ne leur a pas été octroyé par Jésus. Aux hommes non plus.

 

L'ordination diaconale dans l'Eglise primitive

 

L'Eglise primitive connaît une activité caritative multiforme des femmes au sein des communautés, une grande influence apostolique des femmes qui confessent la foi et des martyres. Elle connaît la virginité consacrée et aussi un service ecclésial ordonné, le diaconat féminin, avec sa propre ordination diaconale, mais elle n'a jamais introduit le sacerdoce de la femme [E.S.]

 

Dans l'Eglise primitive, la diaconie - féminine et masculine - est officiellement instituée et reconnue par une ordination.

 

La régression médiévale

 

Dans le développement ultérieur de l'histoire, les femmes ont été écartées de ces services et il s'est produit un déclin progressif de leur position dans le droit ecclésial, sous l'influence, à ce qu'il semble, de représentations issues de l'Ancien Testament et du droit romain [E.S.]

 

A l'époque médiévale, les femmes furent écartées du diaconat. Pour justifier cette discrimination on rejetait le caractère progressif de la révélation en subsistant à son accomplissement en Christ (et dans les évangiles) des références à des états antérieurs qui ne sont, en fait, que des étapes dans son parachèvement chronologique.

 

Vers une nouvelle ministérialité ordonnée

 

L'époque moderne montre un changement avec un besoin fort d'investir les forces féminines dans le travail caritatif de l'Eglise et l'aide spirituelle. Du côté féminin se déploient des efforts pour redonner à cette activité le caractère d'un service ecclésial ordonné et il se peut bien que ce désir soit un jour entendu. Serait-ce un premier pas sur un chemin qui aboutirait finalement au sacerdoce féminin, c'est toute la question. Au plan du dogme, rien ne me semble interdire que l'Eglise introduise une nouveauté aussi inédite [E.S.]

 

Pour Edith Stein la restauration du diaconat féminin pourrait être une étape vers l'admission des femmes au ministère presbytéral ordonné. Ses intuitions fondamentales, servies par un raisonnement bibliquement argumenté, sont toujours d'actualité.

 

Edith  Stein  est arrivée  à la  conclusion que la ministérialité dans - et en dehors de - l'Eglise revêt le caractère d'un service de la personne et non celui d'une médiation entre le divin et. l'humain, entre le sacré et le profane.

 

Critique de la tradition

 

Est-ce à recommander en pratique ? Il y a bien des arguments pour et contre. Contre, il y a toute la tradition, des origines à nos jours. Et surtout, selon moi, le fait mystérieux que je soulignais déjà plus haut : Christ vint sur terre en fils de l'homme ; la première créature sur terre qui fut façonnée en un sens éminent à l'image de Dieu fut un homme. Cela me paraît indiquer qu'il désirait introniser comme ses représentants ministériels sur terre seulement des hommes [E.S.]

 

Edith Stein met l'accent sur la confusion, particulièrement dans la langue française, entre deux sens donnés au mot homme. L'homme est aussi bien un membre de l'espèce humaine  qu'une personne de sexe masculin. En allemand, on distingue bien le premier (Mensch) du second (Mann, opposé à  Frau). Gott ist Mensch geworden. Homo factus est (homo et non vir, opposé à mulier). Dans l'Evangile, Christ a pris corps en notre humanité.

 

Pareillement Dieu n'a pas créé avec Adam un être humain de sexe masculin, mais le premier représentant de l'espèce humaine afin, précisément, de rendre impossible toute discrimination future en fonction du sexe. Une volonté divine que l'Eglise romaine n'est toujours pas prête à faire sienne.

 

La vocation des baptisé(e)s

 

Mais il y avait une femme qui lui était le plus unie que tous les autres êtres sur la terre qui avait été créée à son image bien davantage qu'aucun autre être humain avant ou après elle. Il lui a donné pour l'éternité une place unique dans l'Eglise ; ainsi a-t-il appelé de tous temps des femmes à lui être unies d'une manière très profonde, comme messagères de son amour, comme porte-parole de sa volonté auprès des rois et des papes, comme préparatrices de l'avènement de son Règne dans le cœur des hommes. Il ne saurait y avoir une plus haute vocation que celle de sponsa Christi, d'épouse du Christ, et quiconque voit ce chemin s'ouvrir n'en désirera aucun autre.

 

Appartenir à Dieu dans un don de soi libre et amoureux, ce n'est pas seulement la vocation  de quelques élus, mais de toute chrétien, consacré ou non, homme ou femme, chacun est appelé à suivre le Christ [E.S.]

 

Edith Stein considère que suivre le Christ est la vocation de tout baptisé et non seulement de quelques personnes consacrées. Elle distingue clairement la vocation - un appel adressé par Dieu à chaque chrétien - et le ministère - un appel adressé par des hommes à d'autres hommes (et femmes) à s'engager dans des fonctions au service des personnes et des communautés ecclésiales.

 

 

 

 

Plusieurs décennies avant Vatican II, Edith Stein esquisse des perspectives pour une réforme de l'Eglise catholique par un retour à la Parole de Dieu comme source de toute réflexion théologique en général et ecclésiologique en particulier. Soixante-dix ans après sa mort, cette réforme en est encore à ses balbutiements.

 

Aujourd'hui, elle parlerait, peut-être, même d'une nouvelle régression. Une évolution qu'il nous appartient de contrecarrer non seulement comme porte-parole auprès des papes, mais aussi comme messagères et messagers de Son amour...

 

J.P.Blatz

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Publié dans #Femmes

Repost0