Publié le 29 Novembre 2017

Une question bien française : la loi permet-elle aux élus d'installer des crèches  dans des bâtiments publics ? Une autre question, tout aussi française : la loi nous autorise-elle à laisser des enfants "crécher" dans la rue ?

Chaque matin, dans notre pays, des enfants se réveillent dans la rue et vont à l'école sans petit déjeuner chaud, sans pouvoir se laver, car il n'y a toujours "pas de place pour eux dans l'hôtellerie" (Luc 2, 7). Sortir de la précarité quelques milliers d'enfants et les loger décemment : une goutte d'eau pour la cinquième puissance économique mondiale. Mais un effort, apparemment,  insurmontable pour nos dirigeants.

N'attendons pas que les pierres crient pour briser notre silence (Luc 19, 40) : osons parler. En ces jours d'Avent, remplaçons nos cœurs de pierre par des cœurs de chair (Ezéchiel 36, 26). Exigeons de nos élus que l'argent de nos impôts soit employé à bon escient. Comme chrétiens, n'avons-nous pas reçu la mission, au travers de l'Evangile de Jésus-Christ, de subvertir tout Etat qui s'aviserait de ne pas respecter les droits humains et de pas contribuer à la fraternité universelle ? C'est la condition pour qu'advienne Noël, pour que l'Emmanuel soit accueilli chez nous. "Ce que vous avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Matthieu 25, 40). 

Jean-Paul Blatz

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 27 Novembre 2017

Lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président,

 

Le 26 juillet 2017, un an après l'assassinat de Jacques Hamel à Saint-Etienne-du Rouvray vous avez rappelé qu' "au cœur de nos lois et de nos codes, forgés par l'histoire, il est une part qui ne se négocie pas..., une part - j'ose le mot - sacrée. Cette part, c'est la vie d'autrui, mais c'est aussi tout ce qui nous rend humains : l'amour, l'espérance, le don de soi..., le goût de l'autre... Une part qui se retrouve dans ce qui est le fondement même de notre République... En effet, la République repose sur l'amour et le respect de l'humanité. Chacun œuvre à cet idéal avec ses croyances, avec sa philosophie, avec sa morale.... Chaque religion... doit amener sa part de combat pour que jamais le repli sur soi...ne puisse triompher ".

 

Le 27 juillet 2017 vous avez déclaré publiquement : " Je ne veux plus d’ici la fin de l’année avoir des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois. Je veux partout des hébergements d’urgence ".

 

Aujourd'hui, à Paris, à peu de distance de la présidence, dans un gymnase, des migrants attirent votre attention sur la précarité de leur situation. A Marseille, d'autres jeunes migrants occupent l'église Saint-Ferréol, sur le Vieux-Port, pour rappeler la détresse des mineurs isolés. L'archevêque de Marseille, qui leur offre l'hospitalité, s'est rendu sur place pour leur apporter son soutien.

 

Nombreux sont les citoyens, de toutes confessions et convictions, qui ont foi en la parole de la République.

 

Après le temps des promesses, voici venu le temps de leur accomplissement.

 

Salutations républicaines et fraternelles,

 

Jean-Paul Blatz

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 5 Novembre 2017

La revue diocésaine Carrefours d’Alsace de novembre 2017 publie, en p. 11, un document sur les laïcs accompagnant les funérailles en paroisse. La photo qui l’illustre présente une telle équipe « Funérailles ». On y voit six laïcs, quatre femmes et deux hommes, revêtus d’une belle étole blanche. Mais, rassurez-vous, cette étole n’est pas portée à la manière des prêtres et des diacres, il s’agit plutôt d’une écharpe enroulée autour du cou, un pan sur la poitrine et l’autre dans le dos. Seul le prêtre les accompagnant pose sans étole, ni col romain, ni croix épinglée au demeurant, il n’est pas un adepte de ces signes ostentatoires et sympathiquement connu pour cela.

L’article en question rend compte de plusieurs expériences d’accompagnement de funérailles par des laïcs. Ceux-ci accomplissent un admirable service pastoral. Dans l’ensemble le clergé les y encourage, ce qu’il se garde de faire pour un service pourtant analogue, l’animation des célébrations dominicales. Cela peut se comprendre : la pastorale des familles en deuil est une tâche délicate, qui peut réclamer beaucoup de temps, des initiatives courageuses, à la rencontre de souffrances et de désespoirs. Si des laïcs s’y engagent, le clergé s’en trouve soulagé. Tandis que pour les eucharisties dominicales le clergé se trouve plus à l’aise, et certains en jouissent encore bien davantage s’ils ont le sentiment d’une fonction spécifique, identitaire et qui peut rassembler à leurs pieds les foules (ou ce qu’il en reste) de plusieurs localités à la fois.

Revenons aux équipes « Funérailles ». L’article en question rapporte le propos d’une de ces laïques engagées : « Nous ne prenons pas la place du prêtre et nous ne reproduisons pas ses gestes ! D’ailleurs, nous veillons bien à ne jamais nous placer derrière l’autel. » Les consignes venues d’en-haut, sans doute des commissions liturgiques nationales, sont donc bien suivies. Ces laïcs s’y soumettent certainement de bon gré, soucieux avant tout de rendre service dans les situations délicates du deuil et sans s’embarrasser des subtiles distinctions ecclésiastiques entre « ministres ordonnés » et les autres qui, en l’occurrence, ne sont nullement désordonnés.

Ailleurs encore, dans les cercles ecclésiastiques, on veille strictement au respect de ces distinctions, comme dans  le Livre des bénédictions (Congrégation pour le Culte divin, 1984). Ce rituel permet à des laïcs de procéder à certaines bénédictions, de rang inférieur bien sûr, comme celles des voitures, des routes, des bateaux et des animaux, mais avec ces réserves : « Le ministre dit la prière de bénédiction, les mains étendues, s’il est prêtre ou diacre ; sinon, les mains jointes » (n° 668 et 736). Cette différence dans les rites est visible et perceptible, si bien que les personnes demandant la bénédiction pourraient même penser que Dieu répond différemment à la prière, selon que le ministre étend les mains ou les joint, et considérer la bénédiction par un laïc comme de moindre efficacité. Mais que demandent ces prières ? Pas autre chose que ces dons si souvent sollicités, mais aussi promis dans la Bible : la bienveillance de Dieu, sa protection et ses secours. Les laïcs ne peuvent-ils donc étendre les mains sans froisser le clergé et compromettre son identité ?

En constatant ces subtiles différences rituelles on en vient à se demander : les bénédictions sont-elles destinées au bien des fidèles qui les demandent ou à la mise en valeur du clerc qui intervient ? L’introduction du Livre des bénédictions entretient l’ambiguïté à cet égard. En effet, dans les normes énoncées pour l’accomplissement de ces rites (p. 8-10) et sous le titre « Les services et les ministères », il y est expliqué ceci, à propos des laïcs :

« Les acolytes et les lecteurs, qui ont un service particulier dans l’Église du fait de l’institution qu’ils ont reçue, ont le pouvoir de donner certaines bénédictions de préférence aux autres laïcs, au jugement de l’Ordinaire du lieu. Les autres laïcs, hommes ou femmes, en vertu du sacerdoce commun dont ils ont reçu la charge à leur baptême et leur confirmation, peuvent célébrer certaines bénédictions, avec les rites et les formules prévus pour eux… »

À bien considérer ce règlement, on constate que la notion de pouvoir résiste à toutes les généreuses déclarations inspirées par le concile Vatican II, puisque dans ce règlement on trouve ce propos : « les acolytes et les lecteurs … ont le pouvoir de… » Mais qu’on se rassure vite : les ministères d’acolytes et de lecteurs, idéalement restaurés en 1972, sont quasi inexistants, ce ne sont que des étapes vers l’ordination diaconale, ces acolytes et lecteurs n’abuseront donc guère de leur pouvoir de bénédiction. Pourtant, si la bénédiction est l’œuvre de Dieu, il est indécent d’en faire un « pouvoir » clérical. Les ministres des bénédictions ne font que prier, puisque le principal propos de toutes les oraisons de bénédiction est une invocation en faveur des fidèles destinataires. Si on agrémente ces bénédictions de moult maniements de goupillon et même d’abondantes aspersions d’eau bénite, il n’y a là aucune manifestation d’un pouvoir authentique, ce ne peut être que l’apparence d’une prise de possession : l’eau bénite n’est pas magique, elle n’est que la mémoire du baptême.

Ce règlement sur les ministres des bénédictions véhicule aussi une compréhension contestable des sacrements, puisqu’elles les considère comme source de droits. Le raisonnement dérive de la théorie scolastique de l’eucharistie et de l’ordination presbytérale. En effet, parce que les théologiens médiévaux ont réduit l’eucharistie à la transformation des oblats (ce qu’ils ont appelé « transsubstantiation ») et estimé que celle-ci était réalisée par l’énonciation par le prêtre des paroles du Christ sur le pain et le vin, l’ordination presbytérale a été comprise comme l’attribution du pouvoir de consacrer le pain et le vin. Dans cet ordre d’idées, les théologiens se sont ingéniés à relier les différents « pouvoirs » exercés dans l’Église à des sacrements censés leur correspondre. C’est ainsi qu’on a attribué au baptême et à la confirmation les « pouvoirs » que les clercs voulaient bien concéder aux laïcs. Or toutes ces théories ont été sapées à la base, puisque le rituel de l’ordination presbytérale révisé à la suite du concile Vatican II a été délesté du cérémonial médiéval de la remise des pouvoirs.

Marcel Metzger

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0

Publié le 2 Novembre 2017

Nous relayons l'Appel des cent lancé par la CCBF

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Nous, prêtres, religieux –ses, et diacres, soutenons le projet lancé par les CMR  (Chrétiens  en Monde Rural), la CCBF  (Conférence Catholique des Baptisé-e-s Francophones) et les Fiches  Dominicales.

 

Ce projet encourage les Célébrations dominicales de la Parole par  des communautés locales, en particulier dans le milieu rural. Il nous paraît absolument essentiel pour l’avenir de l’Église et le  maintien d’un tissu ecclésial que ces communautés se maintiennent  et célèbrent le Christ ressuscité présent dans sa Parole qui nous fait vivre.

 

Regardons la réalité en face : devant la diminution inexorable du  nombre de prêtres, il y a urgence ! Nous souhaitons utiliser les  années qui nous restent pour encourager et aider par tous les moyens  possibles, avant qu’il ne soit trop tard, ces communautés locales à se  maintenir et se réunir pour célébrer le Dimanche autour de la Parole  du Christ ressuscité.

 

C’est notre devoir de pasteurs de préparer dès aujourd’hui le maintien  d’une présence et vie chrétienne.

 

Une communauté chrétienne ne peut vivre sans eucharistie. Mais encourager les fidèles à se rendre chaque dimanche dans un bourg voisin pour participer aux célébrations  eucharistiques n’apparaît pas comme une solution à long terme. Cette solution ne peut  être une norme absolue. On risque à terme d’accélérer le délitement des communautés  locales. Et comment les habitants d’un village comprendront-ils que le Christ est vivant  si, le dimanche, il n’existe plus de signe donné du rassemblement, même modeste, dans l’église ?

 

 

Nom et prénom :

...........................................................................................................................................................................................................................................................

 

Adresse mail :

..................................................................................................................................................................................................................................................................

 

 

Si vous êtes d’accord pour soutenir cet appel, envoyez un mail avec votre nom et vos coordonnées à Michel Bouvard :

michel.bouvard@baptises.fr

Voir les commentaires

Rédigé par jonasalsace

Repost0